Collection "Voyages"

Cette série a pour projet d’offrir un espace à des textes de voyage du passé, accompagnés d’un appareil critique permettant d’en apprécier l’originalité sans tourner à l’entreprise d’érudition, et à des textes de voyage d’aujourd’hui, car le genre est bien vivant, inventif, et même souvent renouvelé par les possibilités d’écriture interactive qu’offrent les blogs ou par la combinaison entre texte et image que permet internet.

Catherine Horel

 

DE L'EXOTISME À LA MODERNITÉ. Un siècle de voyage français en Hongrie (1818-1910)

2018, 224 p., 24 €

Entre le voyage du savant Beudant en 1818 et celui de Pierre Marge qui inaugure en 1910 la découverte de la Hongrie en automobile, l'ouvrage présente l'évolution et les permanences du regard français sur les réalités hongroises. La vision d'un ailleurs volontiers teinté d’exotisme se modifie, en fonction d’une conjoncture historique à laquelle les visiteurs français réagissent différemment, selon les univers sociaux, politiques et intellectuels dont ils sont issus. Dans cette étude des écrits des visiteurs français partis à la découverte de la Hongrie du XIXe siècle, Catherine Horel, directrice de recherches au CNRS, suit les transformations à la fois des moyens de voyager (depuis les temps pionniers, au lendemain des guerres napoléoniennes, jusqu’à l’époque des trains de luxe) et des perceptions d’une Hongrie qui se débarrasse lentement de la connotation presque orientalisante qui était la sienne, au tournant des Lumières, et qui surmonte peu à peu ses archaïsmes sociétaux.  Ingénieurs, savants, journalistes : de nouvelles catégories d’observateurs apparaissent. Après le compromis de 1867, l’autonomie politique de la Hongrie et le brillant développement urbanistique de Budapest déclenchent un véritable enthousiasme, qui culmine avec les célébrations du Millénaire hongrois, en 1896.Les notions de « retard » et de « modernité » à propos de la Hongrie se trouvent remises en question, ce qui rejoint les orientations actuelles de l'historiographie sur les derniers temps de l’empire des Habsbourg.

ISBN : 978-2-490650-01-9

Acheter le livre en ligne

Télécharger un bon de commande

ELIZABETH EASTLAKE

UN SÉJOUR SUR LES BORDS DE LA BALTIQUE

Un Séjour sur les bords de la Baltique, dont c’est la toute première traduction française, témoigne de l’émancipation que les voyages du premier XIXe siècle, au tout début de l’âge du tourisme, offraient aux femmes, et donne à découvrir l’Estonie de cette époque, où bien peu de voyageurs masculins s’étaient encore aventurés. Devenue plus tard Lady Eastlake par son mariage, Elizabeth Rigby connut une grande notoriété comme figure de la haute société cultivée du Londres victorien. Cela ne doit pas faire négliger la personnalité originale que révèle ce récit de voyage, paru pour la première fois à Londres en 1841. Partie rendre visite en Estonie, alors province de l'Empire russe, à deux de ses sœurs mariées à des barons germano-baltes, elle s’y présente d’abord comme une sorte de voyageuse malgré elle, puis elle acquiert progressivement de l’aisance dans un rôle de narratrice qui lui confère de l’autorité. Le succès du livre, qui lança sa carrière de femme de lettres, tient à l’équilibre entre la nouveauté du lieu décrit, les analyses averties nourries de vastes connaissances, la maîtrise de la langue et le ton plein d’humour et de légèreté.

 

Stéphanie Gourdon, qui a assuré la traduction, l'édition et le commentaire historique de A Residence on the Shores of the Baltic est agrégée d’anglais et docteur en études anglaises. Spécialiste des écritures anglophones du voyage, elle appartient à l'UMR IHRIM et enseigne à l’Université Lumière Lyon 2.

384 p., 15 x 22 cm

ISBN 978-2-490650-04-0

Broché

Prix TTC : 29 €

 

TÉLÉCHARGER UN BON DE COMMANDE

OU

Elizabeth Rigby, en 1845, quelques années avant son mariage avec le peintre Charles Eastlake

Stéphanie Gourdon, en Estonie, en 2017

Bernard potocki

Voyage dans une partie de l'Italie

Paru en 1825 à Poznan, directement en français, ce Voyage dans une partie de l’Italie est l’œuvre de l’écrivain polonais Bernard Potocki, l’un des fils de Jean Potocki, le célèbre auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse. Ce récit est d’abord un document témoignant de la manière dont on écrivait sur l’Italie au début du XIXe siècle, à égale distance entre l’écriture du voyage des Lumières, où dominaient les itinéraires descriptifs, et l’écriture du voyage du romantisme où l’emportent peu à peu l’esthétique du fragment, l’anecdote, et l’expression des états de l’âme. C’est avant tout un voyage classique, à l’écriture soignée, qui conduit le lecteur à la rencontre des hauts lieux de l’Italie des beaux-arts et des ruines antiques, mais aussi à la rencontre de l’Histoire, depuis les républiques du Moyen Âge jusqu’à la sortie de l’ère napoléonienne. Car venu lui-même d’une Pologne passée sous domination étrangère, Bernard Potocki fait revivre l’Italie des traités de 1815, placée sous l’influence des Habsbourg, avec un parcours qui le conduit de la Vénétie jusqu’à Rome et de là en Lombardie, associant le commentaire des événements de l’histoire récente à l’exploration de l’Italie classique.

 

L'édition est l'œuvre de N. Bourguinat, professeur à l’Université de Strasbourg, historien de l’Europe du XIXe siècle, qui travaille depuis plusieurs années sur les pratiques et les écritures du voyage.

ISBN : 978-2-490650-07-1

Broché, 254 pages. 15 x 22 cm.

Prix TTC : 24 €

Pierre GROUIX

LA FEMME DANS L'IMAGE

Journal danois

Korsør. J’avance dans un silence dont je ne reviens pas, profond, touché par rien, n’ébréchant rien, comme dans un film dont on aurait soudain coupé la bande-son. L’amour des Danois pour la paix. Le sachant, on ne me surprendra pas aux grandes phrases, aux gestes emportés, tout au plus à de discrets saluts. Pas la peine d’en dire plus. Mon refus de l’emphase est ici chez lui. 

Un journal de voyage et d’écriture tenu par Pierre Grouix, familier du monde scandinave et en particulier du Danemark, où il a vécu au début des années 2010. La Femme dans l’image évoque un été à Copenhague et à Korsør, au cœur du Seeland, dans la demeure même qui accueillit Louis-Ferdinand Céline et sa femme de 1948 à 1951. Tissée de hasards, de réminiscences, de rencontres, de correspondances, d’échos de lectures et de films, mais peut-être surtout de rêves, cette géographie intime va au cœur du pays aimé et de ses habitants.

 

Broché, 170 p., 15 x 22 cm.

19 euros /140 DKK

ISBN : 978-2-490650-09-5

Les éditions du bourg assurent elles-mêmes la diffusion et la distribution de leurs ouvrages. Ils peuvent être  achetés  :

       - soit directement sur ce site (paiement sécurisé par CB)

             - soit à l'aide du bon de commande en téléchargement (à nous retourner)

- soit par une commande auprès des libraires (qui peuvent s'adresser à nous avec les conditions de remise et de paiement habituelles).

Nous expédions par La Poste, dans les 24 heures suivant la commande.

Les frais de port sont offerts.

Pour nous contacter, merci d'utiliser les coordonnées infra ou de remplir le formulaire de contact en renseignant les informations requises :

Tél: 0983696622 / 0658387370

53 avenue de l'amiral Mouchez

75013 Paris

© 2018 by Editions du bourg. Créé avec l'aide de Wix.com